Vous avez dit série ? … (1)

SIX FEET UNDER

2001 – 2005

six_pieds_sous_terre_01

La mort leur va si bien …

Au commencement est un film de 1999: AMERICAN BEAUTY – récompensé par 5 OSCARS (R) dont celui du Meilleur film – Meilleur réalisateur : Sam Mendes – Meilleur Scénario Original : Alan Ball – Meilleur Acteur : Kevin Spacey

Ce film dissèque au scalpel le rêve Américain ou comment la situation confortable d’ un quadragénaire lambda se transforme selon ses envies, selon ses désires, ses choix, son attirance vers l’ image loin d’ être innocente d’ une jeunesse pas tout à fait femme …. jusqu’ à l’ irréparable. On trouve déjà dans ce long métrage, ce que deviendra le petit bijou télévisuel : SIX FEET UNDER. Les questions soulevés par la vie, la mort, la sortie de l’ adolescence et ce que devient l’ après, les rapports entre humains si proches et en même temps si éloignés de la réalité qui semblait être leur quotidien, l’ acceptation d’ une différence, l’ incompréhension d’ un voisin bien sous tous rapports, persuadé que son fils se laisse séduire par un homme ; refusant cet image il se fera justicier d’ une moralité bien pensante, jusqu’ à effacer celui qui, à ses yeux représente le mal incarné : l’ homme vers lequel son fils semble être attiré.

SIX FEET UNDER, bouscule plusieurs tabous de la société américaine. Le premier : la réaction des vivants lors de la disparition d’ un proche. Dans un pays qui refuse l’ idée de la mort, la dissimulant derrière un rideau qui cachera aux yeux des autres celui qui ose verser une larme, ou le mot même ne semble plus exister. Le rêve américain ne pouvant avoir de fin, l’ humain n’ est plus mortel, mais restera vivant ailleurs puisqu’ il ne peut en être qu’ ainsi. Le deuxième : envoyer à la face d’ un peuple pudibond l’ existence du sex et de ses différentes facettes : le passage à l’ âge adulte, et ses premières tentatives parfois malheureuses – montrer qu’ à un certain âge l’ humain peut encore être maître de son corps et en explorer de nouveaux terrains – qu’ a force de refus de l’ évidence, certains peuvent se perdre dans l’ excès – que l’ amour existe entre deux hommes, en bousculant en plus la frontière des races et couleurs.

La force de cette série et de passer « en douceur et humour parfois très noirs… », plusieurs messages,  politiques et souvent critiques à l’ égard d’ une société ou une grande partie du monde (heureusement) ne se retrouve plus ou simplement faire preuve de bons sens au regard du passage éclair de la vie sur cette terre ou tout à un début et… ou tout à une fin…

Le format des épisodes, d’ une moyenne de 50 minutes, permet à l’ histoire de se raconter sans  contrainte des minutes qui feront dépassées le temps habituellement imparti aux autres séries.

Le jeux des acteurs et le choix du casting s’ est avéré pointu. L’ ensemble des protagonistes fait vivre la série du 1er épisodes au dernier… Qu’ il s’ agisse des premiers rôles ou des secondes.

Le dernier épisode, le n° 63 est d’ une beauté et d’ une originalité dans la réalisation ou chaque minute apporte son lot d’ émotions, jusqu’ à l’ apothéose finale ou Claire prenant la route de son destin nous laisse entre apercevoir les vies accomplies des FISHERS et autres membres de son entourage.

Enfin, les nombreux réalisateurs et scénaristes présents à chaque saison font de chaque épisode de véritable petits films, ou l’ originalité des scénarios se partage aux talents de la mise en scène.

Acteurs principaux : PETER KRAUSE – MICHAEL C. HALL – FRANCES CONROY – LAUREN AMBROSE – FREDDY RODRIGUEZ – MATHEW ST. PATRICK – JEREMY SISTO – RICHARD JENKINS – RACHEL GRIFFITHS –

Seconds rôles : KATHY BATES – JOANNA CASSIDY – PATRICIA CLARKSON – ILLEANA DOUGLAS – TINA  HOLMES – CATHERINE O’HARA – LILLY TAYLOR…

Réalisateurs : ALAN BALL – RODRIGO GARCIA – JIM MC BRIDE – ALLEN COULTER – JEREMY PODESWA – KATHY BATES – MICHAEL ENGLER – MIGUEL ARTETA – JOHN PATTERSON – LISA CHOLODENKO – ROSE TROCHE – DAN ATTIAS – ALAN TAYLOR – ALAN POUL – MICHAEL CUESTA – NICOLE HOLOFCENER – KAREN MONCRIEFF – DANIEL MINAHAN – ALAN CASO – PETER CARE – PETER WEBBER – ADAM DAVIDSON – JOSHUA MARTSON.

Scénaristes : ALAN BALL – CRAIG WRIGHT – KATE ROBIN – NANCY OLIVER – SCOTT BUCK – BRUCE ERIC KAPLAN – JILL SOLOWAY – RICK CLEVELAND – LAURENCE ANDRIES – CHRISTIAN TAYLOR – CHRISTIAN WILLIAMS.

 

                                             postmortem

« OSCAR (R) » est une marque de commerce et de services déposée par l’Academy of Motion Pictures Arts and Sciences.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s