L’échiquier…

Autour de la tour je gravite,

Tantôt d’une case brune, à l’autre blanchâtre,

je vis au milieu…

Des côtés, rien ne dépasse,

à ma rive je m’agrippe, pour être…

Un des fous du damier !

Au commencement, comme je suis d’eux… 

D’une reine foudroyée, aux mains si malhabiles !

D’un roi entre deux ponts ! Aux sollicitudes inutiles !

Sans un mot et sans chemin tracés !

L’unique cavalier n’est finalement ; que le pion des damnés…

L’ennui des sans amours… Un prisonnier peut-être ?

ou simple bourreau renversé ?

Mais au fond, pris dans la masse, sans jamais l’atteindre…

Ce point vertigineux !

(C) T.W. – B.ph. – 2010

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s