Le Vivant !

 

Vivant !

comme entre 4 murs,

le parallèle inatteignable,

comme la peau sarcophage de nos muscles,

de nos veines,

le sang capturé par le cœur,

les poumons remplis d’air,

le cerveau en révolution.

 

Peau qui protège en surface,

l’humain qui d’os, de nerfs et d’eau

ne laissera qu’une pauvre poussière,

mais aux regards, toujours invisible…

 

Pauvres humains…

 

Au mieux, aurons-nous eu

notre existence avant le total oubli,

l’urgence ressentie,

devant ce semblant de non vécu.

 

L’inutilité de notre présence,

petit homme rond

qui gratte le monde,

le creuse et le bousille !

 

Petit point identique

à d’autres,

petits points identiques !

 

Sans rien de particulier,

peut être, un trait reconnaissable ?

Peut être un cerveau ?

Limité forcement,

(face à cet univers….

ce gouffre, ce néant !)

 

Mais l’humain, l’un,

la poussière devenue homme,

la cellule multipliée,

l’esprit encore ?

 

Peut être…

 

Façonné par notre commune humanité,

l’humain, le rien (l’inutile !)

Facilement s’efface !

 

A-t-il un jour existé ?

 

© T.W. – BPH – 2011

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s