Vu du Pont… La vie ! (Rouen l’impresion suite)

 

I

 

Fierement dressé il encadre,

de son plateau levé la ville,

tel un arc aux triomphes !

Vu du pont,

je vois la cité et ses gens,

en tenues d’hiver,

en tenues d’été,

sur le quai, aux terrasses

le verre levé.

 

Sur les pavés, les charmantes,

portant l’aiguille aux talons, se tordent.

La robe est belle, à la place du vieux !

A la pucelle, sur les pavés,

vers le bel hôtel

elle glissent …

.

 

Ici commence l’abandon !

A la cheville, le pied,

comme le désir fragile,

se fait indiscret,

s’il n’est pas caché !

Sur les pavés se montrent,

la peau et l’ongle déchaussés.

 

II

 

Tel un défilé du 14, je vois

les espoirs et les regards levés !

Vers le pont !

Il y a au soleil couchant

des lumières envoutantes…

 

Ici des coups de crayons bleus,

comme des traits entre bourgeoise

et ouvrière qui rarement ne se rejoignent,

forment la ville au moins.

 

Il y a le front qui vient taquiner

l’œuvre du Marrou !

La flèche à ses clochetons, les 4 !

il y a la malheureuse à la fidélité brûlée,

en espérant que jamais ils ne reviennent

ces cochons !

40 roses déposées,

40 roses versées…

Au diable nos maisons hostiles !

Gardez vos fermes positions !

 

© T.W. – B. Ph. – 03/2011

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s