F.R.A.G.I.L.E.

J’entasse mes cadres, je sors du trait,

Proche du E, du F

F.R.A.G.I.L.E.

 

Ma caisse, contient l’illusoire

une statue sur la paille,

un ange aux ailes brouillées,

par du polystyrène en flocons.

 

Le Point comme la virgule,

ont des envies de déménagement.

 

Mon humanité en boule,

enveloppe une tasse à demie-pleine,

soutien une Marianne bancale,

pauvre Marianne ébréchée,

mon humanité en boule, la cale !

 

Mon corps contourné par un trait,

proche du E, du F.

F.R.A.G.I.L.E.

 

Au fond de ma caisse en bois,

des feuilles fines à bulles

percées, par des doigts sacripants,

accueilles mes dernières peines !

 

Ton corps détourné par mon trait,

proche du E, du F.

F.R.A.G.I.L.E.

 

Et là, toujours l’express,

plutôt que le lent, l’argent pour attitude,

plutôt que nos vies, petites, banales !

Là, où l’observateur nouveau, prend la tangente,

la fuite, sous capital !

 

Mes poings, sur la surface circulent,

et ont comme une envie qui les démangent !

 

Nos regards flous en témoignent,

sacrifiant chacun de nos instants,

à l’ombre d’un couvercle fixé,

par un vissage profond qui les entament.

 

Des corps tâchés, défaits,

dépassent du bord, d’effet

F.R.A.G.I.L.E.

 

© T.W. – B.Ph. – 05/2011

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s